Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 00:00

Le Cactus : pas beaucoup de piquant mais un bon moment à peu de frais

 

    Un hypocondriaque bonne poire et son meilleur ami businessman plutôt pète-sec partent en Inde, qu’est-ce qui reste ? Pas beaucoup de sang-froid de la part des personnages, pas beaucoup de rires francs pour les spectateurs, mais beaucoup de sourires, car la comédie est efficace, quoique souvent prévisible.  De ce duo improbable déplacé dans un pays aux situations tout aussi improbables pour des occidentaux paumés, vous retirerez quelques conseils utiles pour voyager en Inde :

 

-Ne pas monter dans un train pour un voyage de 36 heures sur l’indication d’une seule personne au dodelinement de tête bienveillant.

 

-Dans ce même train, ne pas accepter  le premier samossa venu : il a 95% de chances d’être plus épicé que tout ce que vous aurez goûté de votre vie.

 

-Ne pas faire confiance au premier gourou français pseudo indianisé par ses joints rencontré à Goa, même s’il est joué par Pierre Richard et répète « no soucy » à l’envi.

 

 

Etcetera, car le principal ressort comique du film, réalisé par l’équipe de La vérité si je mens,  est le renversement des rôles, ou comment le jeune premier arrogant (Clovis Cornillac) perd tous ses moyens dans un environnement aussi étrange qu’étranger. Le film ne décolle donc vraiment qu’avec le départ pour l’Inde des deux héros, après un bon quart de mise en place de l’intrigue assez laborieux, malgré un générique joyeusement psychédélique.

 

       Comédie franchouillarde qui n’échappe ni à quelques clichés du genre (happy end et histoire d’amour notamment) ni aux clichés sur l’Inde « comme on l’aime », désordonnée à souhait, le Cactus reste un bon divertissement exotique au cœur d’un mois de janvier glacé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Béatrice Roman-Amat - dans culture
commenter cet article

commentaires