Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 15:33
char.jpgC’était un homme au talent fou et au nombre d’amis talentueux tout aussi fou. Le poète René Char aurait eu 100 ans en 2007. La Bibliothèque Nationale de France rend hommage à cet homme d’action, pour qui la poésie devait être « connaissance productive du réel ».

En présentant tous les artistes amis avec lesquels René Char a collaboré au fil des années, l’exposition reconstitue touche par touche son univers mental. Elle présente une grande quantité de manuscrits et d’exemplaires originaux de recueils de poèmes illustrés par les plus grands artistes du XXe siècle. Enluminures de Miro, dessins de Giacometti pour illustrer le vaste poème d’amour « Le visage nuptial », gouaches de Picasso, œuvres de Kandinsky, de Braque ou de Dali. Parfois un peu hermétiques, parfois limpides, presque toujours bouleversants, les textes de Char prennent ainsi un relief et une vie sans égal.

En fond sonore, la voix de Char lit ses propres textes. Sur les murs, des tableaux et des textes évoquent les artistes qui le fascinaient : Georges de la Tour, avec ses tableaux éclairés par la lueur d’une frêle  bougie, Rimbaud, Sade, Corot. Des dizaines de lettres retracent la rupture avec le surréalisme (« la descendance de Sade, de Rimbaud et de Lautréamont serait-elle toute intellectuelle ? Ce compromis navrant, je me refuse de le sanctionner, je prends congé de la foire »), le rôle de Char dans la Résistance, les liens viscéraux qui le lient à son Vaucluse natal, ainsi que toutes les phases de son évolution créative.                                    

Pour une néophyte comme moi, c’était plus que je ne pouvais assimiler en une seule fois. Mais quelques citations, piochées au fil des vitrines, ont continué à rebondir dans ma tête en dehors de la BNF.

« Le poème est ascension furieuse ;/La poésie, le jeu des berges arides ». 

« Résistance n’est qu’espérance ».

« La liberté, c’est ensuite le vide, un vide  à désespérément recenser ».

« Comment vivre sans inconnu devant soi ? »

 Une exposition qui ne donne pas de réponse, mais fait naître une infinité de questions et de soifs d’approfondissement de cette œuvre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Béatrice Roman-Amat - dans culture
commenter cet article

commentaires